CHÂTEAU LA GRÂCE DIEU DES PRIEURS – SAINT-ÉMILION GRAND CRU

Quand le vignoble se met à l’heure russe et que deux futuristes passionnés d’art se rencontrent, la valeur universelle exceptionnelle de Saint-Émilion épouse de nouveaux visages.

C’est un îlot russe dans le vignoble de Saint- Émilion qui arrête le regard, ne peut laisser indifférent. Au commencement, c’est un coup de cœur pour le savoir-vivre à la française et pour son vin, en particulier celui qui naît à l’ombre du clocher. Andreï Filatov a jeté son dévolu en 2013 sur le Château La Grâce Dieu des Prieurs. Depuis, ce domaine s’est mis à l’heure de la Russie, celle de Dostoïevski et de Chagall, de Boris Pasternak et d’Andreï Roublev. “C’est un passionné d’art, le mot est faible, il est aussi président de la Fédération d’échecs de Russie, il est venu ici avec toute sa sensibilité, toute sa culture”, prévient Rod Vangheli, qui dirige le château avec son époux, Laurent Prosperi.

Rod est ukrainienne. Laurent est français, originaire de Lyon. Le couple travaillait déjà pour l’homme d’affaires. Depuis 2013, ils président à la destinée des 9 hectares de ce cru d’un seul tenant et à son architecture signée… Jean Nouvel. L’idée du grand architecte français fut de conjuguer le design moderne et le respect du patrimoine historique : “Le propriétaire et l’architecte sont deux futuristes et ils ont inscrit leur création dans le paysage. Dans quelques années, on aura l’impression que ça a toujours existé”, lance Rod Vangheli.

Non loin de Figeac et de Cheval Blanc, La Grâce Dieu des Prieurs a connu ces dernières années une révolution. Rien ne sera plus jamais comme avant. C’est un peu le Bolchoï qui s’installe sur la rive droite, un peu du musée de l’Hermitage qui s’invite à Saint-Émilion. Collectionneur de toiles russes via une fondation londonienne, Andreï Filatov crée pour chaque millésime de La Grâce Dieu des Prieurs 13 étiquettes différentes – dont une pour le format magnum –, chacune représentant une œuvre. On retrouve Sychkov, Popov, Tkachev, Fechin et d’autres. C’est un festival de couleurs, de saisons, d’ambiances, de visages – Lénine, Staline, Gagarine… –, c’est toute l’histoire de la Russie. “Et une façon incroyable de faire connaître ces 400 peintures et d’apprécier dans le même temps un grand vin. C’est un mariage, une danse vertueuse, et le choix de la bouteille s’est porté sur un très ancien flacon de la région aux larges épaules”, explique Rod Vangheli.

À partir de là, le classement des paysages de Saint-Émilion par l’Unesco est vécu ici comme une aubaine mais aussi comme un devoir qui oblige. Il s’accorde pleinement avec l’esprit du propriétaire, qui est devenu en 2016 le capitaine et l’entraîneur de l’équipe nationale d’échecs de Russie. Andreï Filatov a fondé Art Russe dans le but de former un large public à une meilleure compréhension de l’art soviétique et russe. En ce sens, Laurent Prosperi et son épouse entendent organiser des manifestations (expositions, concerts…) pour faire connaître la philosophie et la richesse des lieux. Or, parmi cette richesse, il y a bien sûr le vin.

Chef d’orchestre du Château La Grâce Dieu des Prieurs, Laurent Prosperi s’est d’abord entouré de techniciens qu’il a placés, comme sur un échiquier, à l’endroit adéquat. La renaissance du domaine passe par une taille en cordon double au vignoble, par une approche la plus biologique possible, par de faibles rendements et par un chai gravitaire misant sur l’inox. L’élevage se fait dans des barriques d’un seul tonnelier, la Radoux Blend, dans un chai circulaire, le “kilomètre zéro” pensé par Jean Nouvel. “Le vin n’aime pas l’erreur, c’est avant tout une architecture au service de la technique. De la luminosité aux températures, c’est une quête de la perfection, et nous avons choisi comme consultant Louis Mitjavile, qui nous apporte la meilleure expertise possible.”

Les millésimes se succèdent et l’attention à la vigne, à la vinification et à l’élevage est chaque année plus grande. Il n’y a pas de limites car Andreï Filatov s’est posé ici pour laisser une trace. La prochaine échéance décennale du classement des crus en 2022 est attendue. Tels des joueurs d’échecs, Laurent Prosperi et Rod Vangheli avancent leurs pions.

JEAN-CHARLES CHAPUZET